dimanche 16 janvier 2011

Comment souder

Pour souder n’importe quelle patte de n’importe quel composant électronique, vous devrez toujours procéder comme suit :
1. Appuyez la panne par faitement propre du fer à souder, c’est-à-dire sans soudure, sur la piste du circuit imprimé ainsi que sur la patte devant être soudée de façon à les chauffer (voir figure 141).

2. Après quelques secondes, approchez la soudure de la piste et faites-en fondre une toute petite quantité, pas plus de 2 ou 3 mm environ. Sinon, vous risqueriez tout simplement de gâcher de la soudure inutilement en faisant un pâté !
3. Maintenez le fer à souder pendant environ 5 à 6 secondes à l’endroit où vous avez fondu la soudure, pour permettre au désoxydant de brûler tous les oxydes présents sur les surfaces.
4. Pendant ces quelques secondes, vous verrez s’échapper un mince filet de fumée, produit par les oxydes qui se volatilisent (évitez de respirez ces émanations !).
5. La soudure n’adhérera parfaitement aux surfaces propres qu’après que tous les oxydes se soient brûlés, assurant ainsi un bon contact électrique.
6. Une soudure parfaite se reconnaît tout de suite car la goutte de soudure garde non seulement une belle couleur argent mais, en plus, elle se dépose uniformément tout autour de la patte (voir figure 154).
7. Une opération de soudage terminée, vous devrez systématiquement, avant de commencer la suivante, nettoyer la panne du fer à souder de toute trace de soudure restante en la passant sur le feutre ou l’éponge humide que vous devez toujours conserver à portée de main.
8. Comme nous l’avons déjà évoqué, la raison pour laquelle il faut retirer la soudure est très simple. Cette soudure ne contient plus de désoxydant et, par conséquent, ne peut plus brûler les oxydes se trouvant sur les surfaces à souder.



9. Une soudure imparfaite se reconnaît immédiatement à la couleur grise opaque, terne, qu’elle prend ainsi qu’à l’aspect rugueux d’une peau d’orange qu’elle revêt en surface (voir les figures 154 et 155).
10. Il vous est toujours possible de refaire une soudure mal faite en y appliquant la panne du fer à souder bien propre et en faisant fondre, sur la piste du circuit imprimé, une nouvelle goutte de soudure. Une fois la soudure uniformément déposée autour de la patte, vous pouvez retirer le fer à souder.
11. Si vous vous apercevez que vous avez mis trop de soudure, vous pouvez la retirer en y appliquant une panne parfaitement propre. Ainsi, la soudure en excédent viendra se déposer sur la panne que vous n’aurez alors plus qu’à nettoyer en secouant le fer au-dessus de la boîte en métal et en essuyant la panne sur le feutre ou l’éponge humide. En répétant plusieurs fois cette opération, vous par viendrez même à extirper des excédents importants.
Néanmoins, évitez d’utiliser cette méthode sur les composants fragiles qui suppor teront mal les surchauffes successives. Il faudra utiliser, dans ce cas, soit de la tresse soit une pompe à dessouder (voir les figures 163 et 164).
12. Si toutes vos soudures vous semblent ternes et rugueuses, changez de soudure, car celle que vous utilisez est certainement du type 50/50, et ne convient donc pas aux montages électroniques.



Le circuit imprimé

Tous les composants électroniques sont généralement montés sur des circuits imprimés sur lesquels se trouvent des pistes de cuivre formant un dessin, de manière à relier entre elles toutes les pattes des composants, comme sur le schéma électrique.
Sur la plupart des circuits imprimés professionnels, on trouvera, du côté des composants, une sérigraphie (voir figure 150), c’est-à-dire un dessin représentant les silhouettes de tous les composants à monter, avec les sigles qui les distinguent, par exemple R1, R2, etc. (les résistances), C1, C2, etc.
(condensateurs), DS1, DS2, etc.
(diodes), TR1, TR2, etc. (transistors).
On dit d’un circuit imprimé qu’il est simple face quand les pistes en cuivre sont présentes sur un seul côté du support isolant (voir figure 151), et qu’il est double face quand les pistes se trouvent des deux côtés du support
(voir figure 152).
Dans les circuits imprimés double face, les pistes en cuivre présentes sur l’un des côtés sont électriquement reliées à celles présentes sur l’autre, grâce à une fine couche de cuivre se trouvant plaquée sur la sur face interne de chaque trou. On dit de ce circuit que c’est un circuit imprimé double face à trous métallisés (figure 152)
Il ne faut jamais agrandir les trous d’un circuit double face à trous métallisés, sous peine d’éliminer cette couche de cuivre et, par conséquent, de supprimer la liaison électrique entre les pistes supérieures et inférieures. Dans le cas où il est impossible de faire autrement, il faudra souder la patte du composant de chaque côté du circuit pour rétablir la liaison.

Comment souder les condensateurs

Pour souder les pattes des condensateurs polyesters, céramiques ou électrolytiques sur un circuit imprimé, il suffit de les insérer dans les deux trous prévus à cet effet, en appuyant leur corps sur la surface du circuit imprimé
(voir figure 157).
Pour éviter que ces composants ne se déboîtent quand vous retournez le circuit imprimé pour les souder, il vous suffit d’écarter légèrement leurs pattes, comme indiqué à gauche de la figure 157.
Comme fatalement les pattes dépasseront, vous devrez, après les avoir soudées, en couper l’excédant à l’aide d’une pince coupante. Attendez, pour ce faire, que la soudure soit froide (ne jamais souffler sur une soudure pour accélérer son refroidissement).
Ne repliez surtout jamais des pattes à angle droit car, si vous deviez plus tard retirer le composant, cela compliquerait l’opération et vous risqueriez d’endommager les pistes en cuivre.

Comment souder les résistances

Avant de souder une résistance sur un circuit imprimé, vous devez replier les deux pattes en U, en essayant de maintenir le corps parfaitement au centre, par souci d’esthétique (voir figure 142).
Après avoir replié les pattes à l’aide d’une petite pince, insérez-les dans leur logement, en veillant à ce que le corps de la résistance appuie bien sûr la surface du circuit imprimé (voir figure 158).
Afin d’éviter que la résistance ne tombe lorsque vous retournerez le circuit imprimé, pensez à écarter légèrement les pattes (voir figure 143).
Les pattes des résistances étant toujours très longues, vous devrez les raccourcir à l’aide d’une pince coupante.
Si vous remarquez qu’elles sont très oxydées, avant de les souder, nettoyezles en les frottant légèrement avec un papier de verre très fin.

Comment souder les diodes

Pour souder les diodes de redressement et les diodes zener, on utilise la même technique que pour les résistances, tout en respectant la polarité de leurs broches en les insérant dans le circuit imprimé.
Comme nous l’avons déjà vu, si on inverse l’anode et la cathode, le circuit ne pourra jamais fonctionner. La position de l’une et de l’autre devrait, normalement, toujours être indiquée sur le circuit imprimé.

Comment souder les diodes LED

Pour souder les diodes LED sur le circuit imprimé, il faut également veiller à leur polarité (voir figure 159).
Le corps de ces diodes ne doit jamais s’appuyer sur le circuit imprimé, mais doit toujours être maintenu à une distance d’environ 5 mm ou plus.
Les 5 mm de pattes ainsi laissés entre le corps et le circuit imprimé éviteront que la chaleur de la soudure en fusion n’atteigne et ne détruise la minuscule puce placée à l’intérieur de la diode LED.

Comment souder les transistors

Les trois pattes des transistors, l’émetteur, la base et le collecteur, sont insérés sur le circuit imprimé dans leurs trous respectifs, en faisant bien attention à leur disposition.
En général, on trouve sur tous les circuits imprimés les lettres E, B, et C indiquant le trou correspondant, ou bien alors le dessin de la forme demi-circulaire du corps, afin d’éviter toute erreur possible.
Le corps plastique des transistors de basse puissance doit être maintenu à une distance d’environ 8 ou 10 mm de la sur face du circuit imprimé, c’est pourquoi vous ne devrez jamais en raccourcir les pattes (voir figure 160).
Ainsi, la chaleur de la soudure ne pourra pas atteindre la puce microscopique contenue à l’intérieur du transistor, ni risquer de l’endommager.
Grâce à ces 8 ou 10 mm, on pourra donc, sans crainte, maintenir le fer à souder plus longtemps à l’endroit de la soudure.
Note : On appelle « puce » le microcircuit interne du semi-conducteur.
Pour des raisons esthétiques, essayez de placer le corps du transistor en position verticale et non pas en position inclinée.

Comment souder les ponts redresseurs

Vous devez insérer les quatre pattes du pont redresseur sur le circuit imprimé, dans leurs trous respectifs, en faisant bien attention à insérer les deux pattes marquées d’un S (symbole de la tension alternative), dans les deux trous correspondant à cette même tension, et la broche du positif dans le trou marqué « + ». Il faut éviter de laisser le corps appuyer sur le circuit imprimé car il a tendance à chauffer (voir figure 162). Un espace de 5 mm environ sera parfait.

Comment souder un fil de cuivre émaillé

Il est nécessaire, avant de souder un fil de cuivre émaillé sur un circuit imprimé, de le préparer en retirant de sa surface la couche isolante qui le recouvre et qui est souvent confondue, par le néophyte, avec le fil luimême, car de couleur pratiquement identique.
Pour cela, grattez l’extrémité devant être soudée à l’aide de la lime à ongles (voir figure 148).
Après avoir retiré cette couche de vernis, nous vous conseillons de déposer une fine couche de soudure sur l’extrémité du cuivre dénudé (on dit également « étamer » le fil).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire